DEUIL PÉRINATAL

Le deuil périnatal

Parfois, attendre un enfant, ne signifie pas accueillir un enfant vivant et en bonne santé : accouchement trop prématuré, mort fœtale in utero (MFIU), diagnostic prénatal d’une maladie incompatible avec la vie, interruption médicale de grossesse(IMG)… Plusieurs cas de figures peuvent se présenter.

Le diagnostic prénatal défavorable énoncé lors d’examens médicaux pendant la grossesse

Il y a alors différentes alternatives :

  • Interrompre la grossesse (IMG)
  • Poursuivre la grossesse, mettre au monde son enfant et l’accompagner jusqu’à sa mort naturelle, en évitant qu’il souffre
  • Se préparer à accueillir son enfant avec le handicap annoncé

 

L’interruption spontanée de la grossesse

Lorsque la vie du fœtus/bébé s’interrompt avant la naissance, ou lorsqu’il décède lors d’une fausse couche tardive, la confrontation à la perte de la grossesse et de l’enfant à venir est très brutale.  L’accouchement survient souvent très  peu de temps après l’annonce, parfois simultanément en cas de fausse couche.

 

Lors de ces situations, si difficiles à vivre, vous allez être accompagnés par l’équipe médicale (le plus souvent hospitalière) de l’établissement dans lequel vous êtes suivis. Chaque grossesse est unique, chaque établissement a son protocole pour prendre en charge le deuil périnatal. C’est pourquoi il est recommandé de poser un maximum de questions à l’équipe qui vous accompagne. Elle est  là pour répondre précisément à vos questions. Dans ces moments-là, il est fréquent et normal de mémoriser toutes les informations qui vous seront données. Il ne faut pas hésiter à solliciter l’équipe autant que nécessaire. Lors de l’annonce, vous pouvez avoir eu le sentiment de réagir de façon inappropriée. Il n’en est rien. Quoi que vous ayez fait, quelle que soit la façon dont vous avez réagi, ne vous en veuillez pas : vous avez vécu ce moment avec votre cœur et les quelques informations que vous aviez à ce moment-là. Vous n’avez pas pu vous préparer à la brutalité d’un tel évènement.

Comment va  se passer  l’accouchement? Les démarches ? Faut-il faire une déclaration de naissance ? Faut-il organiser des obsèques ? Voulez-vous rencontrer votre enfant ? Le voir ? Le porter ? Le nommer ? Réaliser une cérémonie religieuse ? Prendre des photos?

Des textes et des circulaires posent les bases des relations entre l’équipe et la famille, et clarifient les points importants comme la déclaration à l’état civil  ou le devenir du corps (ex : circulaire interministérielle DGCL/DACS/DHOS/DGS/2009/182, dont les annexes sont très utiles pour les professionnels comme pour les familles confrontées à un deuil périnatal).

Afin de  traverser au mieux cette douloureuse expérience de vie, vous pouvez vous appuyer sur les différents membres de l’équipe qui répondront  à vos questions d’ordre médical ou administratif. Vous pouvez aussi  avoir recours  immédiatement ou plus à distance, à un accompagnement psychologique sous forme d’entretien individuel ou de groupe de parole.

 

Des associations peuvent vous aider et vous accompagner :